LOADING

Background Image

News

Le bois : Emploi et utilisation en Afrique

L'Afrique avec une surface totale de 600 000 Milles hectares de forêt, fait jeu égal avec l'Asie, avec 20% de surface boisée et possède la deuxième "forêt" tropicale après l'Amazonie.
 
Le "bassin du Congo" (Cameroun, Côte d'Ivoire, Gabon, République centrafricaine, République du Congo et République démocratique du Congo) avec près de 3 millions de km², concentre la plus grosse partie des surfaces, le secteur/filière bois pour ces pays représente 5 % du PIB.
 
La forêt équatoriale joue un rôle important dans la gestion des gaz à effet de serre depuis l'avènement de l'industrie de masse vers 1850 où le climat de la planète a commencé à être modifié par l'homme.
 
L’utilisation du bois et les contraintes sociales
 
Une population croissante en ville et un besoin en énergie de plus en plus grande, notamment pour la cuisson des aliments, l’accroissement de l'utilisation du bois devient plus important, globalement 80% de la population africaine utilise encore le bois pour la cuisson.
 
La consommation du bois comme énergie primaire sur le continent Africain est ancestrale, culturelle et l'utilisation de source d'énergie contemporaine comme l'électricité, les bouteilles de gaz, sont encore embryonnaires et surtout d'un accès restreint d'un point de vue économique à l'échelle du continent.
 
Il est vrai que la consommation et l'utilisation d'énergie restent faibles en milieu rural, le bois étant majoritairement utilisé pour le feu de cuisson.
 
Toutefois, l'utilisation du bois après transformation en charbon, permet d'éviter les contraintes du bois brut, comme les rejets de fumées, les salissures et les difficultés lies à l'humidité et donc l'allumage.
 
Suivant le lieu de vie (Rural, forêt ou ville) nous retrouvons en première utilisation : le bois brut en milieu rural avec un début d'utilisation du charbon de bois, qui lui-même devient le produit le plus utilisé en ville, avant le basculement sur des produits pétroliers, le facteur financier restant la variable d'ajustement du type de produit utilisé.
 
Le secteur formel et informel du bois
 
Deux secteurs sont présents, le premier étant réservé aux industries, entreprises installées localement comme Rougier, ou des groupes internationaux travaillant sur des marchés d'importation et de transformation.
 
En Afrique plus de 70 % du bois est produit dans le secteur informel, l’informel de production du bois est donc très présent et fournit de grandes quantités de main-d’œuvre au niveau de l'artisanat (sculpture), du bois de construction secondaire (sciage).
 
On retrouve dans le secteur informel, la réactivité de l’offre et de la demande, le bois pouvant être travaillé à façon et rapidement, la vente se faisant directement au centre des besoins (quartiers)
 
Le secteur informel est depuis le déplacement des populations en milieu urbain, une des premières places d’emploi, pour la construction des villes (bâtiment, voiries etc.)
 
Il est à noter que l’emploi dans le secteur informel n’est pas une spécialité Africaine, on trouvera cette même économie en Asie ainsi qu’en Europe où le secteur informel de l’emploi représente près de 15% du PIB (OCDE).
 
L’informel en Afrique dans le secteur du bois représente une source d’emploi importante, de mise en production relativement rapide avec de faibles investissements. Ainsi, le bois à la particularité de pouvoir être recyclé deux ou trois fois (Charpente, bois de chauffe) selon son utilisation de départ.
 
 

 

 

 

Partager cette actualité

Votre message a bien été envoyé et sera traité dans les plus brefs délais.

Un problème est survenu. Envoyez-nous plutôt un email directement à contact@cadre-afrique.fr

Inscription à la newsletter


Lorem ipsum
Lorem ipsum