LOADING

Background Image

News

Autoconsommation et autosuffisance alimentaire en Afrique

Le riz est un des premiers aliments de base sur certaines régions d’Afrique qui voit une augmentation de sa production depuis quelques années, le riz représente une production de 30 millions MT à l’échelle du continent avec des importations de l’ordre de ± de 10 MT.

Ainsi certains pays basculent d’une agriculture de subsistance et de survie où l’autoconsommation familiale est encore très présente à une agriculture de développement de type économique avec autosuffisance, c’est le cas pour le Sénégal avec l’opération gouana opérée depuis 2008 suite au crash/prix des produits alimentaires de 2007.

Le continent Africain et les surfaces cultivables

L’agriculture africaine est réalisée sur près de 250 millions ha de terres agricoles pouvant être cultivées où l’on retrouve le Sorgho, le millet, le riz et des produits moins traditionnels comme le maïs et le blé.

La production agricole est réalisée par des industriels où les rendements sont sans commune mesure avec de l’autoproduction et les difficultés liées à la pratique d’une agriculture durable.

Le blé, céréale de première importation en Afrique, qui devient le premier importateur avec 45 millions de tonnes, blé utilisé à la transformation et utilisé par les industriels du secteur et les nombreuses boulangeries.

La consommation de blé transformé

On retrouve les pays producteurs de blé en Afrique du nord et au Soudan, ainsi différents rapports indiquent que la consommation de blé a fortement augmenté depuis quelques années.

Dans les fait, les facteurs sont liés à l’évolution sociale et à l’explosion démographique dans les grandes capitales Africaines et surtout la présence d’entreprises industrielles comme le groupe Vilgrain qui produit de la farine depuis bientôt 50 ans (SMAG Gabon), l’entreprise a été par ailleurs la première à proposer les « baquettes « de pain blanc à Libreville et en province.

L’évolution agricole africaine

La banque mondiale indique que d’ici à 2030, le marché Agro-industriel-alimentaire représentera un marché de 1000 milliard de dollars.

Les industriels et l’autoproduction individuelle avec de nouvelles techniques de productions permettra l’évolution des rendements et la réduction des pertes.

Les pays de la zone centrale équatoriale (Gabon, Cameroun, Congo), travaillent depuis longtemps sur des productions en autosuffisance individuelle et incitent l’accès à l’agriculture familiale plus raisonnée.

L’évolution de l’agriculture-industrielle

Le continent africain bénéficie de régions qui favorisent le développement d’une agriculture durable, mais le milieu rural est déficitaire en agro-industrie.

Ainsi, le manque d’infrastructures qu’elles soient routières ou de modèle économique intégré ne permet pas la distribution et la vente des produits du producteur au consommateur, ainsi les groupes de populations les plus vulnérables ne sont pas approvisionnées.

L’évolution de la production agricole participe à la croissance économique des pays d’Afrique, elle devra donc bénéficier d’aides financières et techniques en agricultures durable ; favoriser le développement de cultures traditionnelles permettra de trouver le meilleur modèle de macro-environnement, qui sur le continent Africain a de grandes disparités climatiques et démographiques.



Partager cette actualité

Votre message a bien été envoyé et sera traité dans les plus brefs délais.

Un problème est survenu. Envoyez-nous plutôt un email directement à contact@cadre-afrique.fr

Inscription à la newsletter


Lorem ipsum
Lorem ipsum